mercredi, septembre 28, 2022
mercredi, septembre 28, 2022
AccueilAnimauxLe billet sciences. Les cacatoès australiens sont passés maîtres dans l'ouverture de...

Le billet sciences. Les cacatoès australiens sont passés maîtres dans l’ouverture de bennes à ordures

Des cacatoès à huppe jaune ouvrent les poubelles à Sydney (Australie). (BARBARA KLUMP / MAX PLANCK INSTITUTE OF ANIMAL B via AFP)

Cela fait quelques années que le phénomène se propage à Sydney et dans sa banlieue. Les cacatoès à huppe jaune ont trouvé la technique pour ouvrir les bennes à ordures dans la rue. Les chercheurs ont observé plusieurs techniques, toutes assez complexes à réaliser. La principale d’abord : l’oiseau soulève le couvercle avec son bec et puis, il prend ce couvercle avec une patte. Cela libère son bec et lui permet ensuite de repousser le couvercle avec sa tête et son bec. Il le repousse jusqu’à la verticale et ensuite, le couvercle se renverse. Voilà, la benne est ouverte, donc bienvenue au festin ! Il a accès à tous les restes de nourriture.

Les chercheurs ont observé d’ailleurs que les cacatoès ouvrent les poubelles rouges. Celles avec les ordures du tout venant et donc de la nourriture. Malins, ils laissent de côté les poubelles jaunes, celles du recyclage. 

Les chercheurs ont réalisé qu’ils tenaient là une chance rare d’étudier les transmissions de nouveaux savoir-faire dans le monde animal. Un scientifique, il y a trois ans, a filmé un cacatoès en train d’ouvrir une poubelle à Sydney. Il s’est demandé jusqu’où se répandait le phénomène et avec plusieurs spécialistes des comportements animaux, ils ont lancé un appel sur les réseaux sociaux. Des habitants de tout Sydney leur ont envoyé des témoignages avec des vidéos, soit 1 300 réponses en tout. 

Quelques cacatoès ont d’abord commencé à ouvrir des poubelles et puis la pratique s’est répandue. D’abord aux quartiers voisins, puis à chaque fois un peu plus loin. Donc les oiseaux se sont transmis cette technique. Ils l’ont apprise les uns des autres. Parfois avec des variantes, ce que les chercheurs qualifient de  « sous-cultures locales ». Ça peut paraître anodin, mais cette transmission de savoir, ce n’est pas si fréquent. Cela a été observé seulement chez certains singes et chez les baleines, de rares animaux qui communiquent entre eux et se montrent comment trouver de la nourriture. On savait les cacatoès intelligents, ils font la preuve ici désormais d’un nouvel exemple d’ »apprentissage social » dans le règne animal.

A lire aussiSujets associés

Lille