mercredi, septembre 28, 2022
mercredi, septembre 28, 2022
AccueilAnimauxVIDEO. Elle consacre sa vie à défendre les animaux

VIDEO. Elle consacre sa vie à défendre les animaux

Publié le 28/10/2021 16:38

BRUT

Article rédigé par

Les animaux maltraités aussi ont droit à la justice. Avocate, Isabelle Gharbi-Terrin, consacre désormais sa vie à les défendre. Ce jour-là au tribunal judiciaire de Marseille, c’est pour le chien Prince, tué à coups de couteau, qu’elle plaidait…

« Rien dans mon mandat d’avocat, si vous voulez, lorsque je porte la robe, rien ne m’interdit de défendre des personnes animales et je le fais. » Elle, c’est Isabelle Terrin. Elle est avocate. Et depuis 2015, elle a décidé de plaider uniquement sur des affaires concernant la souffrance animale. Lorsqu’elle défend un animal, elle estime qu’elle défend « un peuple entier, le peuple des sans voix. » C’est à la demande d’un propriétaire ou d’une association qu’elle se saisit d’un dossier concernant un animal domestique tué, abandonné ou maltraité.

Ce jour-là, c’est au tribunal judiciaire de Marseille qu’Isabelle Terrin s’apprête à plaider pour Prince, un chien tué pendant une rixe. « Je vais arriver et je vais dire : « Je suis l’avocate de Prince. » Je le dis avec beaucoup de sérieux et beaucoup de respect des institutions », insiste Isabelle Gharbi-Terrin. Ici, le propriétaire est la victime périphérique, « c’est la victime par ricochet. » « Mais celui qui a souffert, c’est l’animal, je plaide pour l’animal. Et je retrace sa vie devant le tribunal : je vais dire quand il est né, quelles ont été ses chances, malchances, s’il a été adopté. Je vais retracer sa vie comme je le ferai pour une victime humaine », développe l’avocate. Des procès comme celui-là, Isabelle en a connu des centaines. Pour elle, tout a changé après avoir défendu Icko, un yorkshire qu’elle a fini par adopter.

« Depuis que le tribunal correctionnel de Marseille a condamné à quatre mois ferme son agresseur, j’ai repris du baume au cœur », confie-t-elle. Isabelle Gharbi-Terrin est parfois rémunérée, parfois non. « C’est pas un contentieux qui est fait pour gagner beaucoup d’argent. Je traite ce contentieux pour réaliser une passion qui est la conjonction entre mes deux passions : le droit pénal et les animaux », conclut-elle.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Lille