AccueilFestivalLa Sainte Barbe fait peau neuve et éclaire la nuit stéphanoise

La Sainte Barbe fait peau neuve et éclaire la nuit stéphanoise

La traditionnelle fête de la Sainte Barbe à Saint-Etienne s’est déroulée comme chaque année dans la nuit du 4 au 5 décembre. En plus de la procession en l’honneur de la protectrice des mineurs, une centaine de brasseurs et restaurateurs ont animé les festivités.

Comme chaque année la procession avec la statue de Sainte Barbe, protectrice des mineurs a mené les marcheurs jusqu’au musée de la Mine. 

Malgré la pluie et le froid entre 1000 et 2000  personnes ont assisté au feu d’artifice prévu pour illuminer cette nuit humide de décembre. 

Pour la première fois, cette édition 2021 a été pensée par une centaine de brasseurs et restaurateurs qui ont mis au point une bière spécialement conçue pour l’occasion. L’idée est de changer l’image de cet évènement qui avait tendance à s’essouffler pour en faire à nouveau un grand rendez-vous populaire local. 

A l’ambiance traditionnelle se sont donc ajoutés plusieurs évènements qui ont pu se maintenir à l’intérieur des établissements. Seul le cocktail prévu en intérieur au musée de la Mine a été annulé pour des raisons sanitaires compte-tenu de la propagation de l’épidémie de Covid 19. 

“Cette ville est saturée de mauvaises images, et donc cette initiative qui met en avant ce qu’il y a de positif ici est très intéressant”, décrypte Christelle Morel Journel, enseignante chercheuse à l’université de Saint-Etienne et co-autrice du livre Sociologie de Saint-Etienne. 

“En cherchant ce qui est singulier, ce qui fait communauté, on peut essayer de transformer la fête de Sainte-Barbe en évènement plus fédérateur”, ajoute-t-elle. 

“On était tous noirs!”

 “C’est la 25e année et ça fait plaisir, on célèbre la solidarité parce qu’on était très solidaires à la mine” rappelle Fernand Freysse qui a travaillé jusqu’à la fermeture au puits Couriot, principal puits de la société anonyme des Mines de la Loire, l’une des plus importantes compagnies françaises, et le plus grand puits du bassin charbonnier stéphanois.

Le musée de la Mine de Saint-Etienne y est aujourd’hui installé et rappelle sur son site que “900.000 tonnes de charbon par an, étaient extraites de ce puits qui employait alors 1.500 mineurs”. “Au fond on était tous noirs” affirme Fernand Freysse, une image qui illustre cet esprit unique et ces symboles d’union dans la diversité entre les mineurs venus de partout en France. 

Un beau symbole pour cette Sainte Barbe édition 2021, revisitée par les nouvelles générations de stéphanois. 

La légende de Sainte Barbe 

Face à la menace du grisou et des explosifs, dès le 18e siècle, les gueules noires se sont placées sous la protection de Barbara. Son histoire remonte au IIIe siècle, elle vivait en Asie Mineure, à Nicomédie, aujourd’hui la ville d’Izmit, dans l’actuelle Turquie. 
Selon la légende, son père décida de la marier à un homme de son choix. Elle refusa et décida de se consacrer au Christ. Pour la punir, son père l’enferma dans une tour. Elle fut torturée, brûlée pour la forcer à renier sa foi. Elle est finalement décapitée le 4 décembre.  Son père se porte volontaire pour mettre fin à la vie de la jeune Barbe. Son geste accompli, il est aussitôt frappé par la foudre et retombe en un petit tas de cendres. D’où le rapport entre Sainte Barbe et la foudre, le feu. 

Sainte Barbe protège de la mort subite et est invoquée pour prévenir les accidents liés à l’explosion de la poudre à canon.

Aujourd’hui encore, elle reste la sainte patronne des pompiers, des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes, des démineurs et autres corporations liées au feu ou au travail souterrain. 

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments