AccueilFestivalNîmes renoue avec les fêtes taurines

Nîmes renoue avec les fêtes taurines

Annulées l’an dernier en raison de la crise sanitaire, les festivités gardoises se tiennent presque normalement ce weekend. Malgré quelques précautions sanitaires, les amateurs ont pu de nouveau savourer l’ambiance des bodegas et des lâchers taurins.

Deux ans qu’ils attendaient ça ! Dans les rues de Nîmes ce 18 septembre, les groupes de musiciens ambulants ont fait leur retour à l’occasion de la Feria des Vendanges qui se tient jusqu’à dimanche. Les cuivres résonnent au rythme des tambours, entre les passants et les convives attablés aux terrasses. “Ça fait du bien de pouvoir enfin redémarrer une activité avec tous mes amis”, se réjouit Gérard Balmossière, saxophone qui repose sur la hanche.

Dans une allée non loin, les spectateurs attendent l’abrivado, un lâcher de taureau dans un couloir protégé. Les gardiens à cheval patientent, équipés de leur trident, ainsi que les courageux qui vont tenter, à pied, de maîtriser l’animal. Ont-ils déjà réussi ? “Plus d’une fois”, nous promet-on, avant que ne soit lancée la cavalcade.

Feria des Vendanges à Nîmes, le 18 septembre 2021.

© FTV / D. Lefauconnier

Feria des Vendanges à Nîmes, le 18 septembre 2021.

© FTV / D. Lefauconnier

Feria des Vendanges à Nîmes, le 18 septembre 2021.

© FTV / D. Lefauconnier

Feria des Vendanges à Nîmes, le 18 septembre 2021.

© FTV / D. Lefauconnier

Les membres des peñas, véritables fan clubs des toreros, aussi savourent après avoir été “privés de feria par la pandémie”. “Il y a une afición [passion des amateurs de corrida, NDLR] qui revient, mais en force !”, se réjouit Nathalie Raucoule, mère d’El Rafi, qui fera face à un taureau dimanche.

Également de retour dans les rues de Nîmes : les mobilisations anti-corrida. Environ 200 personnes se sont ainsi rassemblées près des arènes pour protester contre une “barbarie payée par nos impôts”, rapporte France Bleu Gard-Lozère.

Les anti-corrida manifestent devant les arènes de Nîmes.Ils scandent : “la torture n’est pas une culture”. pic.twitter.com/fHEBvwpOEf

— France Bleu Gard Lozère (@bleugardlozere) September 18, 2021

Une polémique qui n’a pas empêché les fêtards de profiter de l’ambiance. Les bodegas étaient autorisées à ouvrir dans le respect de certaines règles : consommation d’alcool debout interdite, pas de comptoir sur le domaine public, présentation du pass sanitaire. 

Et rapidement dans la journée, la soirée semblait lancée. Elle risque de durer, pour certains, jusque tard dans la nuit.

M.L. avec D.L.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments