vendredi, juillet 1, 2022
vendredi, juillet 1, 2022
AccueilGastronomieCarte postale gourmande de Naples

Carte postale gourmande de Naples

Direction Naples pour une carte postale molto frizzante! La capitale de la Campanie ne peut laisser le visiteur indifférent tant elle bouillonne et émerveille à la fois. Bouillonnement de bruit et d’agitation au point qu’on imagine cette ville ne jamais s’endormir. Émerveillement visuel et gustatif à chaque coin de rue. Il faut prévoir plusieurs jours pour s’acclimater à l’effervescence napolitaine qui peut heurter de prime abord tant le premier contact est brusque.

Surprise d’abord à l’atterrissage car l’avion survole Naples à basse altitude avant de se poser à l’aéroport distant seulement de 5 kilomètres de cette ville très dense de 3 millions d’habitants lovée aux pieds du Vésuve. Cela laisse entrevoir l’atmosphère sonore qui se vérifie et s’amplifie à mesure de la découverte de la capitale du Mezzogiorno. Amateurs de calme et de Dolce Vita passez votre chemin : Naples est en état d’alerte maximale rythmée par les klaxons des scooters et des voitures ou encore les feux d’artifice improvisés chaque soir. Difficile donc de trouver de prime abord des espaces de tranquillité, mais on y parvient toutefois à moins que nos exigences ne baissent au fil du séjour sans que l’on s’en aperçoive. Autant vous dire tout de suite qu’un logement calme est le bienvenu pour vous remettre de vos escapades diurnes. Tous nos sens s’adaptent peu à peu au décor après avoir été heurtés. J’ai rarement vu une ville aussi encombrée de poubelles. Il semble que la mafia se soit accaparée ce secteur juteux et ne s’y investisse pas franchement si on en juge par l’état des rues ! Quant au toucher il n’est pas en reste tant les rues de certains quartiers sont bondées de monde. Amis agoraphobes : soyez matinaux pour éviter la foule dans le quartier historique ou sur la Via Toledo.

Pourquoi donc séjourner à Naples me direz-vous ?… Tout simplement parce que Naples regorge de trésors. Sous les façades décrépies des immeubles se cachent de superbes hôtels particuliers construits au temps de la splendeur de la ville. Chaque porche cache une cour intérieure, les portails des multiples églises masquent des trésors insoupçonnables. Sans oublier bien sûr la proximité de sites archéologiques de valeur universelle.

Vous avez chaussé vos baskets ? Alors en route pour Naples !

Côté transports vos pieds seront sans doute les premiers sollicités mais Naples dispose d’un réseau de transports en commun doté de deux lignes de métro, trois funiculaires et de nombreux bus. Outre le ticket unique il est possible d’opter pour un pass à la journée ou à la semaine selon la durée de votre séjour. Ce titre de transport peut être lié à une Artecard qui permet, selon la formule retenue, d’accéder aux musées avec ou dans transport. Les détails se trouvent ici. Par exemple si vous souhaitez visiter Pompéi, Herculanum et quelques autres musées sur trois jours il peut être bienvenu d’opter pour l’Artecard Campanie qui inclut sur cette durée l’entrée des sites et les transports pour 32 euros.

Chacun optera pour l’itinéraire de son choix aussi je vous propose d’évoquer les différents quartiers de Naples et leurs points d’intérêt assortis de quelques conseils pour faciliter leur découverte.

Herculanum

Débuter le séjour par la visite de Pompéi et/ou d’Herculanum peut être une bonne option avant de découvrir le Muzeo Archeologico Nazionale. Il est aisé de rejoindre ces sites depuis la Gare Garibaldi en empruntant le train régional Circumvesuviana. Place ensuite à la découverte des ruines de deux cités romaines ensevelies par l’éruption du Vésuve en 79 après Jésus Christ. Les villes et leurs habitants ont été ensevelis par la lave et les cendres. Cela a permis une bonne conservation des sites qui ont peu à peu été exhumés depuis le XVIIeme siècle. Pompéi est plus vaste qu’Herculanum mais les deux sites sont extraordinaires. S’il ne fallait en choisir qu’un seul j’opterais pour Pompéi qui est plus vaste et complet que le second mais aussi plus long à visiter puisqu’il faut prévoir une grosse demi-journée au moins contre 2 heures environ pour Herculanum. Pour Pompéi mieux vaut prévoir le pique-nique. En effet il n’y a qu’un seul point de restauration sur le site, derrière le Forum, mais il est possible de négocier avec les gardiens pour faire un aller-retour ravitaillement de 10 minutes à l’entrée Piazza Anfiteatro. Ça sent le vécu, hein !?

Après avoir fait le plein d’époque romaine autant poursuivre sur votre lancée en allant découvrir le Museo Archeologico Nazionale. Il s’agit du plus vaste du monde dans ce domaine réunissant 140.000 pièces notamment de superbes mosaïques, fresques et objets de Pompéi et d’Herculanum issus de la célèbre collection Farnèse. Mention spéciale au service en argent de 118 pièces découvert à Pompéi dans la Villa de Ménandre. Devant le musée d’archéologie il est possible d’emprunter le bus vers le Museo Capodimento pour les amateurs d’arts de la Renaissance italienne mais pas seulement puisque ce superbe palais abrite également un département contemporain. Le tout au cœur d’un parc immense offrant une vue magnifique sur la ville. Avec tout ça vous aurez parcouru l’équivalent du Musée du Louvre section égyptienne incluse au Musée d’archéologie ! Pour faire une petite pause la cafétéria installée dans la cour du Museo Capodimento est une option sympathique et peu onéreuse.

Baie de Naples depuis le Vomero

Pour prendre encore un peu de hauteur le quartier du Vomero offre un autre point de vue superbe sur Naples et sa baie. Accessible en bus, en métro ou en funiculaire Vomero offre la possibilité de découvrir deux sites magnifiques : le Castel Sant’Emo et le Certosa di San Martino. Il est agréable, au sommet des murailles de Sant’Emo de jouer aux devinettes en repérant les monuments découverts les jours précédents. A éviter donc dès votre arrivée car vous en tirerez moins de plaisir. Quant à la chartreuse de San Martino sa visite est un émerveillement. Après une petite découverte bienvenue de ce quartier résidentiel les plus courageux opteront par la descente vers le quartier espagnol par les escaliers de la via Pedamentina San Martino.

Changement d’ambiance total dans le quartier espagnol habité par les troupes espagnoles au XVIeme siècle. Sombre et tortueux il se révèle chaleureux et bouillonnant. Ses murs sont chargés de fresques variées dont celles de la Via Emanuele de Deo dédiée à Diego Maradona. C’est lors de ce séjour que j’ai découvert le culte napolitain voué à celui qui a joué à Naples de 1984 à 1992 permettant au club de se hisser vers les sommets. Depuis sa mort les hommages se sont multipliés sur les murs de la cité et un véritable mausolée y a été édifié dans ce petit coin de rue. D’autres peintures ou collages complètent le décor dont une version féminine du Christ voilé de la Cappela Sansevero. Les amateurs de street art réjouiront leurs pupilles avec de jolies réalisations disséminées dans la ville. Quant à ceux qui veulent en apprendre davantage sur l’histoire de Naples, la visite du Palazzo Real devrait les satisfaire. Face à lui, sur la Piazza Plebiscito se dresse l’imposante Basilica San Francisco di Paola. Si avec tout ça un petit creux ou l’envie de vous désaltérer vous prend prenez le temps de vous attabler dans une des superbes salles du Gran Caffè Gambrinus. Alors certes les prix ne sont pas très napolitains mais les pâtisseries sont bonnes avec une mention spéciale au Vesuvio qui allie les deux spécialités locales puisqu’il s’agit d’un Baba recouvert de crème et orné d’une Sfogliatella Riccia. Le Baba vous connaissez mais peut-être moins la Sfogliatella. Cette délicieuse viennoiserie de décline en version pâte feuilletée et en version pâte brisée garnie de Ricotta et fruits confits. Je vais m’exercer pour la version la plus simple avant de vous la proposer mais je décline pour la plus goûteuse et difficile des deux que je vais continuer à acheter chez mon épicier italien préféré. A Naples ces viennoiseries sont proposées parmi d’autres au comptoir de tous les cafés et dans les bonnes pasteria.

Chiesa San Gregorio Armeno

Une fois traversée la tumultueuse Via Toledo, haut lieu de la passagieta napolitaine et du commerce vous voici dans le quartier historique aux ruelles encombrées de touristes en goguette. Dans ce quartier les sites à visiter sont trop nombreux pour être tous énumérés.  Quelques coups de cœur néanmoins avec la Cappella Sansevero ancienne chapelle du palais de la famille du même nom. Cette chapelle est dotée d’un décor baroque d’une perfection inouïe au milieu duquel trônent trois statues d’une maîtrise technique incroyable. Le clou du spectacle étant un Christ voilé. Impossible de prendre des photos dans la chapelle, je vous renvoie donc au site internet en précisant qu’il est absolument indispensable de réserver au préalable au risque sinon de ne pouvoir accéder à ce joyau. Inutile de chercher à visiter chacune des 500 églises napolitaines certaines cependant s’imposent comme San Lorenzo Maggiore et son couvent ou bien sûr le Complesso monumentale di Santa Chiara et face à lui la Chiesa del Gesù Nuovo. Mais le clou du spectacle est pour moi la Chiesa San Gregorio Armeno. Nichée au cœur d’une rue haute en couleur bordée de boutiques spécialisées dans les crèches, autre spécialité napolitaine, cette petite église est le summum du baroque italien du sol au plafond. Et le clou du spectacle est le couvent et le cloitre attenants à l’église. On y accède en remontant une centaine de mètres sur la gauche en sortant de l’église. Les touristes sont sans doute trop afférés à faire leurs emplettes pour y prêter attention si bien que nous avons profité seuls de ce splendide espace de calme absolu au milieu du brouhaha. Et le clou du spectacle est que depuis le cloitre il est possible d’accéder à l’étage du chœur qui offre une autre perspective sur l’église. Les sœurs qui occupent le couvent ont eu la bonne idée de mettre à la disposition des visiteurs des miroirs grossissants afin de découvrir les détails du plafond magnifiquement décoré… N’oubliez toutefois pas d’aller visiter le Duomo non loin de là et en chemin repérez l’œuvre de Bansky que le patron de la Pizzeria « El Présidente » a pris soin de mettre sous verre !

Pour changer un peu des édifices religieux laissez-vous tenter par la visite de l’Acquedotto Romano qui nous entraîne à 40 mètres de profondeur pour découvrir les vestiges d’un aqueduc romain qui servit d’abri durant la seconde guerre mondiale. La visite se termine dans les restes d’un ancien théâtre romain niché dans le sous-sol d’un « bassi » nom donné aux appartements en rez-de-chaussée des immeubles des quartiers populaires. Envie d’un petit Spritz en terrasse après toutes ces visites ? Rendez-vous piazza Bellini sur une des agréables terrasses plus au calme que celles de la Piazza Dante toute proche. Juste après je vous conseille d’aller vous attabler chez Etto. Ce restaurant propose, dans un cadre très agréable, de délicieux bowl qui changent un peu des pizzérias locales.

Vue sur le Vésuve depuis le Castel dell’Ovo

Ne quittez pas Naples sans avoir découvert le quartier du Castel dell’ovo face auquel se dressent de superbes hôtels de luxe le long d’un front de mer qui rompt totalement avec le reste de la ville. La visite du Château, gratuite mais sur réservation, vaut surtout pour la balade sur ses remparts qui offre une superbe vue sur Naples. Au pied du château un petit port de plaisance accueille des restaurants et cafés bien agréables pour faire une pause. En longeant la mer on découvre enfin le quartier de Chiaia. Très résidentiel et situé le long d’un joli parc aux pieds du quartier du Vomero, Chiaia accueille notamment la jolie Villa Pignatelli qui mérite un petit détour pour son décor néo classique et son joli jardin arboré. Si la faim vous tiraille après la visite je vous conseille un petit détour par la Pizzeria 3.0 dont les pizzas sont savament travaillées avec des ingrédients originaux et de qualité qui viennent garnir une pâte délicieuse ! Une petite grimpette dans les rues de ce quartier aussi calme que les rues du centre historique sont bouillonnantes permet d’atteindre un des funiculaires qui permet d’atteindre le Vomero.

Capri

De Naples il est bien sûr possible d’aller explorer les îles toutes proches dont Ischia, Procida ou bien sûr Capri ! Cette dernière mérite le détour pour ses superbes paysages qui offrent des possibilités de nombreuses balades. Si vous recherchez un lieu de séjour sur l’île je ne peux que vous conseiller de pousser la porte de l’Antico Monastero di Anacapri où nos avons été chaleureusement accueillis par Alessandro et son père.

Cette carte postale de Naples ne se veut pas exhaustive et chacun pourra la compléter par ses bonnes adresses et astuces en commentaires. J’espère qu’elle vous aura fait voyager un peu et surtout donné envie d’aller découvrir par vous-même la capitale de la Campanie.

D’autres cartes postales gourmandes vous attendent dans les archives du blog en attendant de prochains voyages…

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular